NOTRE MANIFESTE

Augurer une nouvelle ère pour le développement du tennis

Pub longue 2.png
citation2.png

La FFT a perdu près de 400 000 licenciés en 30 ans

On vous rebat les oreilles depuis plus de 10 ans ! La tennis français, comme impuissant, a perdu près de 400 000 licenciés en 30 ans (392 121 pour être exact). Sur la période récente, entre 2012 et 2021, 174 000 licenciés se sont volatisés !  Chez les adultes, les jeunes, les femmes... le bilan est malheureusement souvent le même, année après année. Mais nous sommes convaincus chez Esprit Club que cette hémorragie n’est pas une fatalité !

citation2.png

Le Club était ce lieu si particulier où se liaient d’amitié des joueurs de tous niveaux et de toutes générations.

Dirigeant ou enseignant, une chose est certaine : le diagnostic ne pose pas la question de votre engagement au service de votre club. Contre rémunération ou bénévolement, sur votre temps libre, sans compter vos heures… votre investissement est incroyable. Pourquoi ? Parce que vous aimez profondément, passionnément, indéfectiblement le tennis. C’est souvent une vocation. Comme nous, vous avez sans doute grandi dans votre club, vous y avez passé des heures et des heures, des journées entières, à échanger, rigoler, taper la balle, jouer aux cartes… Nous ne manquions aucune occasion de nous y retrouver : à l’occasion de matchs par équipes, de soirées ou d’animations… Le Club était ce lieu si particulier où se liaient d’amitié des joueurs de tous niveaux et de toutes générations. Notre club était notre deuxième maison. La question de la fidélisation ne se posait pas. Ni pour les jeunes, ni pour les adultes !

citation2.png

Le club de tennis d’aujourd’hui ne peut plus se penser à partir des modèles d’hier.

Aujourd’hui, pour un club, le simple fait de maintenir son effectif d’une année sur l’autre tient souvent de l’exploit. Est-ce un problème de moyen du côté de la Fédération ? En ce qui concerne le tennis, la réponse est non ! Est-ce un problème de volonté ? Non plus, face à l’hémorragie, les actions se sont multipliées : PAACT, Galaxie tennis, digitalisation, diversification des licences, des pratiques (padel, beach tennis), aides financières aux clubs, publicités, incitations au jeu libre, classement, formations, nouveaux diplômes, etc. La plupart des leviers ont été actionnés, sans parvenir véritablement à inverser la tendance. C’est sans doute que les réponses sont à trouver au niveau du club : il faut remettre le club de tennis en phase avec les évolutions profondes de la société. La baisse endémique du nombre de licenciés impose désormais de changer de paradigme. Le club de tennis d’aujourd’hui ne peut plus se penser à partir des modèles d’hier. C’est cette conviction qui est à l’origine de la solution Esprit Club.

citation2.png

Si les vieilles cartes sont dépassées… dessinons de nouvelles cartes, plus actuelles, plus efficaces !

Le digital, la concurrence et les nouveaux modes de vie ont profondément changé la donne. Les clubs doivent s’y adapter. Ceux qui réussiront leur « mue » seront ceux où la créativité (pour ne pas dire l’innovation) aura pris le pouvoir, où la culture du résultat, du service et de la communication sera naturelle et constante. Il ne s’agira pas seulement de proposer de nouvelles offres de pratique mieux adaptées. Le padel, notamment, ne doit pas devenir l’arbre qui cache la forêt. Le tennis a encore de beaux jours devant lui. Mais l’inversion durable de la courbe passera nécessairement par la création de nouvelles relations : avec les membres, les parents, les partenaires, entre les salariés et les bénévoles. Si les vieilles cartes sont dépassées, dessinons ensemble de nouvelles cartes, plus actuelles, plus efficaces… pour que le club redevienne ce lieu si particulier où se lient d’amitié des joueuses et joueurs de tous niveaux et de toutes générations !